Le Burnout – Paris Sportifs

Le burnout est une notion floue dans les paris sportifs et il faut déjà commencer par dire qu’il ne sera pas aisé de décrire cette situation émotionnelle.


 

Déceler le Burnout

Le burnout est distinct du tilt.

 

Si le tilt est la résultante d’une certaine impulsivité liée à un résultat négatif (généralement une perte financière) et qu’il est donc quasi instantané… le burnout lui, est assez différent.

Le burnout est une situation qui est plus profonde. Il existe pas mal de signes annonciateurs de sa potentielle venue. Ce qui est assez bizarre, c’est que cette situation peut survenir pas mal de fois au cours d’une saison et elle ne rime pas nécessairement avec perte de bankroll.  

En fait, tout est lié avec la notion de plaisir. Le plaisir dans les paris sportifs n’est pas nécessairement lié au résultat.

Passer une bonne période de gain favorise en général le plaisir et la motivation. Mais selon votre mode de fonctionnement dans cette discipline, il se peut que vous soyez obligé de poser un nombre important de bets par jour / par mois ! Heureusement pour nous, nous ne sommes pas des robots et il se peut que l’on traverse des périodes ou le plaisir est complètement absent. On continue notre travail de manière assez automatique sans pour autant y mettre de l’envie.

Ces périodes arrivent forcément puisque nous traversons des phases émotionnellement riches ou creuses parfois en lien avec nos gains / pertes ! L’ascenseur émotionnel devenant classique, une routine s’installe.

A titre personnel, il m’est « souvent » arrivé d’être dans une période faste en gain sans pour autant prendre du plaisir à faire ce travail.

 

Anticiper le burnout

Alors que faire quand cela arrive ?

Souvent il est conseillé de faire un break après un bad run et j’ai évoqué dans un précédent d’article que cela n’était pas une nécessité à mon sens.

Par contre, quand vous sentez que le plaisir disparaît petit à petit, que vous n’allez même pas regarder les résultats par flemme, que de faire vos analyses devient une charge et non un amusement… alors il est indispensable de faire ce fameux break.

On ne dit pas assez souvent qu’être parieur demande une hygiène de vie assez saine : il faut aérer votre cerveau et lui faire voir autre chose.
Sortir, faire du sport, faire une coupure pendant le week-end … bref arriver à profiter ailleurs est extrêmement important pour continuer de vous amuser dans ce que vous faites !

Si vous ne faites que vous forcez, le cerveau va se mettre sur « off », vous travaillerez deux fois plus avec un esprit complètement obscurci et vous ferez énormément d’erreurs engendrant des pertes financières plus ou moins lourdes. Vous avancerez à contre-courant et vous serez complètement contre-productif !

Si certains d’entre vous veulent en faire un métier, alors vous avez vite compris qu’il ne doit pas être une charge ni une contrainte, sinon l’intérêt de le faire doit être repensé ! Si vous n’êtes que suiveur et que votre rémunération provient du suivi de tipsters, vous avez tout le loisir d’occuper votre journée comme bon vous semble ! Quand vous faites vos propres analyses, le temps consacré à cette discipline sera plus conséquent. A vous de savoir moduler votre emploi du temps pour ne pas vous encrasser dans cette routine là.

 

Lutter contre le burnout

En réalité pour combattre ces mauvaises sensations et ainsi éviter le Burnout, vous devez toujours être en recherche perpétuelle de plaisir.
Mais d’abord, la première étape indispensable est la suivante : savoir quel temps vous souhaitez allouer aux paris sportifs… Savoir y répondre, vous donnera l’avantage de ne jamais se sentir « pris à la gorge ».

Pour éviter le burnout vous devrez en outre, avoir des pics de motivation, faire des coupures, regarder les matchs qui vous donnent envie, apprécier les périodes de gains et même celles de pertes (car celles-ci peuvent engendrer de la détermination et de la sur-motivation !).

Un emploi du tps bien géré, savoir se motiver, sentir la baisse arriver et s’octroyer du temps libre, sont autant d’éléments qui vont vous permettre de ne pas se sentir prisonnier des paris sportifs.

Car finalement le burnout c’est ça : se sentir prisonnier d’une discipline que l’on a choisi, que l’on aime et qui nous passionne !

 

Sportivement,
Vieri.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *